Guadeloupe 97122 Baie-Mahault

Karukéra

KarukÚra
La Guadeloupe est un archipel d’îles situées dans les Petites Antilles, entre l’océan Atlantique et la mer des Caraïbes. Elle est constituée de deux îles : la Grande-Terre plate et calcaire et la Basse-Terre montagneuse, volcanique et recouverte d’une épaisse forêt tropicale.
La Soufrière , volcan toujours en activité, heureusement calme, se dresse dans le sud basse terre du haut de ses 1467 m. La Guadeloupe dispose de dépendances, chapelet de petites iles dont les principales (habités) sont Marie- galante, les Saintes et la Désirade.
La Guadeloupe est un mélange d'origines et de cultures, assez représentatif du reste du monde. Elle est multiethnique, et pluriculturelle.
Les Noirs sont majoritaires, originaires d'Afrique, issus de l'histoire tragique de l'esclavage. Outre cette population; on y trouve, une importante communauté d'Indiens venus de l'Inde au lendemain de l'abolition de l'esclavage (1848), des Libanais, des Syriens, des Haïtiens, des Blancs békés et Blancs "pays", descendants des colons, et bien sûr, les Français métropolitains ; les "métros", venus de l'Hexagone, dit "métropole".
Au sein de cette population hétérogène, le brassage est très important. L'appel des racines étant très fort, les échanges avec l'Afrique, l'Inde, les pays de la Caraïbe, sont nombreux. Le sentiment d'appartenance est donc souvent très mitigé: la Guadeloupe est une terre de déracinés qui se sentent français mais aussi, au moins autant, africain, indien et de plus en plus caribéen. Ce sont là toutes les ambiguïtés de la créolité, et beaucoup d'Antillais sont en quête de leur propre identité. Le créole, langue parlé (de plus écrite actuellement) est le principal élément de cette revendication d’appartenance à une culture , il joue donc le rôle essentiel dans ce ciment dans cette recherche de l'idée de peuple.

Malgré les divergences, ce mélange des genres se passe plutôt bien en Guadeloupe. Les communautés coexistent dans une tolérance plus ou moins partagée. Le Guadeloupéen n’est pas toujours d'un abord facile car il est généralement très fier voire susceptible. Mais s'il se sent respecté, il peut se montrer très chaleureux.

Le Guadeloupéen est par contre un féru de sport, comme pratiquants ou comme supporters. Les sports médiatiques de masse y ont bien sûr la côte (football ; cyclisme ; athlétisme ; …) et les stars internationales sont assez nombreuses pour faire vibrer le chauvinisme local. Les arts martiaux arrivent tout de même à sortir leur épingle du jeu.
Comme partout on peu y retrouver à l’échelle de l’ile tout type de pratique. Judo et Karaté ont historiquement ouvert la voie. Mais à l’instar de ce qui se passe en France et sous l’influence de jeunes guadeloupéens rentrant au pays après leurs études ou une formation ; d’autres pratiques dans ce domaine se sont développées : Viet vo dao ; Tea kwon do ; Yoséikan budo ; Tai chi chuan ; etc.

Le kung fu n’échappe pas à cette règle et il se développe tranquillement. Il existe pour l’instant 5 clubs répartis dans l’île. Environ 250 licenciés pratiquent cet art.

Ile papillon La Guadeloupe, "Karukéra ", "l'île aux belles eaux",